Zurich, le 14 août 2002 – Le manque d’eau, bien vital s’il en est, fait partie des problèmes prioritaires de nombreuses régions du globe. Il n’est pas rare que les besoins des populations locales viennent souvent se mettre en travers des intérêts de l’industrie. Et ce conflit est fréquemment aggravé par l’établissement d’infrastructures touristiques. Un projet humanitaire d’adduction d’eau, financé par le franc écologique Hotelplan, est mis en place à Goa (Inde).

Le développement touristique des quinze dernières années à Goa, à côté d’une forte expansion industrielle, a mené à une répartition inégale des réserves limitées des nappes phréatiques. Les entreprises de tourisme établies le long de la côte absorbent les ressources d’eau jusque loin à l’intérieur des terres, ce bien précieux étant livré par des fournisseurs privés exploitant des sources souterraines. À proximité de la côte, le problème se fait encore plus gravement sentir en raison de la salinité de l’eau. Là où les forages souterrains sont effectués à grande échelle par l’industrie, les populations locales doivent lutter avec une baisse drastique des nappes phréatiques et l’eau devient de plus en plus inaccessible pour elles. Ce qui provoque souvent dans ces régions défavorisées, spé-cialement en dehors de la période de la mousson, des problèmes d’approvisionnement en eau potable.

Un projet extraordinaire

Le but du projet du franc écologique d’Hotelplan à Goa est d’offrir à chacun un accès faci-lité à l’eau potable. Grâce à des moyens radiesthésistes, les chefs de projet Hans Anton Rieder et Roland Frutig ont localisés des points de forage et ordonnés l’exécution des travaux y relatifs. Ainsi, on renonce à forer des nappes phréatiques déjà abondamment exploitées, mais on ouvre uniquement des voies d’eau indépendantes des précipitations et fortement sollicitées.

De l’eau potable pour 3000 personnes

En mai 2002 au nord de Goa, Messieurs Rieder et Frutig réalisèrent cinq forages dont quatre furent couronnés de succès. Pour les villages de Vagalim Camurlim, Anjuna, Assa-gao et Pilar, ce ne sont pas moins de quatre puits qui furent installés en l’espace d’un mois et, depuis, permettent à 3000 personnes de s’approvisionner en eau. «Le potentiel pour trouver une solution aux problèmes d’approvisionnement en eau potable par la mise en valeur de voies d’eau est considérable, à peine imaginable. Plus la région est sèche, plus grandes sont les voies d’eau. Tout particulièrement face au développement nécessaire d’un tourisme écologique et socialement responsable, nous pouvons y contribuer à l’avenir de manière très efficiente» nous explique Hans Anton Rieder.

Organisation de voyages et responsabilité face aux personnes et à l’environnement

Avec les marques de voyage Hotelplan et ESCO, HOTELPLAN SWISS GROUP fait partie depuis de longues années de ceux qui proposent des voyages à Goa. En connaissant les problèmes concernant l’énorme consommation d’eau par les entreprise touristiques des zones côtières, un des buts majeurs fut la mise en valeur efficace et écologiquement rationnelle des points d’eau en faveur des populations de ces régions. Les importants objectifs assignés par le financement de projets sont l’accès libre aux puits ainsi que la garantie à long terme de l’exploitation des puits par les habitants des régions respectives.www.hotelplan.ch/umwelt